Votre panier est vide !

Au fil de son installation désormais patente dans l’espace politique français, le Front national est devenu un exceptionnel donneur de leçons de morale républicaine à ses adversaires politiques de droite et de gauche.

Depuis plusieurs décennies, Jean-Marie, Marine, Marion-Maréchal le Pen et leurs équipes respectives ont multiplié les sermons édifiants, les anathèmes accusateurs et les appropriations autoproclamées, sur le thème de la République.
Au soir des élections présidentielles du 7 mai 2017, Marine le Pen invoquait hautement cette République pour s’opposer au projet du nouveau président élu Emmanuel Macron.
Pourtant, à partir d’une lecture précise de ses différents supports médiatiques internes (journaux, revues, magazines, ouvrages, sites web, etc.), ce livre montre toute l’identité antirépublicaine de ce parti politique.
Cette identité antirépublicaine, le FN la décline de trois façons. Par le panthéon qui est le sien : les grandes figures intellectuelles historiques qui fondent son idéologie. Par les hommages qu’il rend à ses  grands disparus : les défunts par lesquels il honore ses héros. Par son vivier relationnel : les activistes, militants et sympathisants qui gravitent en son sein en affinités idéologiques.
Dans ce magma se croisent et s’entrecroisent des contre-révolutionnaires de toujours, des monarchistes éternels, des pétainistes nostalgiques, des collaborationnistes attitrés, des antisémites assumés, des racistes attestés, des anciens de la Waffen SS, des négationnistes militants, des fascistes et néofascistes fiers d’eux-mêmes, des Grecistes cultivés mais réactionnaires, des Gudars ultra violents, des identitaires aussi haineux qu’exaltés. Tous ont bafoué ou bafouent encore la Démocratie, la République, l’Égalité.
Nul autre parti politique que le FN ne cumule en son sein un tel fatras de personnalités politiques, d’idéologues, de groupuscules, de symboles, de slogans et d’injures qui nient ou attaquent la République dans ses fondements.
Cet ouvrage finit en disant que donner des leçons de morale républicaine à partir d’un tel fond antirépublicain relève d’un réel culot politique. Le Front national proclame souvent être le premier parti de France. Mais au regard de son identité réelle, il devrait être redéfini en premier parti antirépublicain de France.

Sommaire

Introduction

Identité proclamée, identité réelle

L’ identité d’ un identitaire

I – Leçons de morale républicaine

Le père : « La République des menteurs et des tricheurs

La fille : « Nous avons ramassé le drapeau tricolore que la classe politique a laissé traîner dans le caniveau, nous relèverons les valeurs traditionnelles de la République française ; les véritables défenseurs de la République, c’ est nous !

La petite fille : « Vous répétez à l’ envi les mots de République, de laïcité, de démocratie pour parler de l’ école, mais ce sont sur ses résultats qu’ on la juge. Or, si jadis elle intégrait et émancipait, désormais, elle n’ est plus qu’ une machine à exacerber les particularismes, un laboratoire pour pédagogisme et une usine à chômeurs

II – Panthéon

Louis de Bonald, Rivarol, Joseph de Maistre : « Les nègres, dans les colonies, et les domestiques dans nos maisons, peuvent, La déclaration des droits à la main, nous chasser de nos héritages

Charles Maurras : « La démocratie, c’ est le mal, la démocratie c’ est la mort

Gustave Thibon : « La fièvre égalitaire est un des maux les plus profonds et les plus graves de notre époque

Alexis Carrel : « Au lieu de“Liberté, Égalité, Fraternité”, c’ est “Science, Autorité, Ordre”

ou bien “Science, Ordre, Justice” qu’ il faut adopter

III – Hommages

François Duprat : « Le néo-fascisme est la solution de la victoire nationaliste

Maurice Bardèche : « Je suis un écrivain fasciste

Dominique Venner : « La démocratie est le nouvel opium des peuples »

Jean Madiran : « Nous sommes à droite de l’ extrême-droite »

IV – Vivier

Les monarchistes : « La République est une prostituée

Les Waffen SS : « Le SS avec son uniforme, c’ est un peu le prêtre avec sa soutane »

Les Grécistes : « Seules seront à l’ abri du danger totalitaire les sociétés qui, fondant leur vue-du-monde sur la diversité, répudieront une fois pour toutes les illusions égalitaires…

Les gudars : « Aimer les immigrés est un vice de bourgeois

Les identitaires : « Dans notre monde et notre époque qui cultivent l’ égalitarisme comme masque de la médiocrité

Conclusion

Le culot en politique

Le Front national : premier parti de France de l’ identité antirépublica

Bibliographie