Votre panier est vide !

L’écho de la révolution de 1848 a été suffisamment fort dans le département de l’Yonne pour que ces événements pèsent de tout leur poids sur la séquence électorale ouverte par les élections à l’Assemblée constituante les 23 et 24 avril.

L’histoire de ce département sous la Seconde République n’est pas uniquement une histoire locale frappée du sceau de l’anecdote. Le lecteur curieux y rencontrera, à la suite de l’auteur, des personnages célèbres, comme Louis-Napoléon Bonaparte, Cormenin ou Friedrich Engels, mais aussi des quasi-anonymes dont nous ne conservons que le nom orthographié à grand peine sur un bulletin de vote. Si pour certains d’entre eux l’élection a été un enjeu personnel, pour d’autres elle fut un moyen d’affirmer leur citoyenneté et de peser sur une destinée collective. L’issue de cette séquence peut apparaître inquiétante à la lumière de ce qui adviendra ultérieurement – le triomphe électoral de Louis-Napoléon Bonaparte précédant et annonçant par certains aspects le coup d’État du 2 décembre 1851 – elle est aussi une leçon pour tous ceux qui considèrent que la souveraineté populaire n’est pas qu’une chimère.