Votre panier est vide !

Le livre de Raphaël Desanti se présente comme un récit de vie jalonné d’expériences marquantes et ordonné en séquences chronologiques qui l’ont conduit du Lycée d’Enseignement Professionnel (LEP) à l’usine, de l’autodidaxie à l’université, d’emplois précaires au travail social, de la lecture acharnée de l’œuvre de Pierre Bourdieu  à l’animation de la « liste Champs » qui était consacrée au sociologue. Voir la vidéo.

Mais, c’est surtout une question souvent posée et restée sans réponse que soulève ce livre : quels sont les effets de la lecture sur le lecteur ? Dans le cas présent, quels sont les effets qu’a eus sur Desanti la lecture, a priori improbable, de Bourdieu ?
« Pour moi, écrivait Bourdieu, la sociologie a joué le rôle d’une socio-analyse qui m’a aidé à comprendre et à supporter des choses (à commencer par moi-même) que je trouvais insupportable auparavant ». Elle permet, en effet, de déplacer les causes d’un malheur que tout incite à s’attribuer à soi-même vers des causes sociales occultées.
La compréhension sociologique a permis à l’auteur de se dédouaner de la responsabilité personnelle de son échec scolaire initial. Elle l’a aidé aussi à faire face au « mal être » qu’engendrent les situations de déclassement. C’est de ce cheminement très personnel que ce livre rend compte.